Actualités

Le roi nu

LE ROI NU

Composition pour la pièce de théâtre «Le roi nu» de Evguéni Schwartz dans une mise en scène de Guy Theunissen (Co-production Maison Ephémère, Les baladins du miroir et le Théâtre Jean Vilard  )

Lire l'article su Soir

Lieux / Dates :

- Du 9 décembre au 18 décembre (à 20:30) - Place Payfa (Watermael-Boitsfort) -

 

 

Le roi nu

  • Henriette, la fille du Roi, et Henri … un garçon porcher tombent raide-dingues amoureux.Surprise par son père, la princesse se verra contrainte par celui-ci, à un mariage forcé avec « Le Roi d’à côté », aussi gros que vieux. ...  Lire la suite » La voici parachutée dans un royaume dont la rigueur n’a d’égal que la bêtise, un royaume où tout se met en place pour la noce dans un protocole abracadabrant. Malgré la présence d’un chambellan rugissant et d’une gouvernante tyrannique, ce mariage injuste pourra-t-il être évité ? L’amour aura-t-il le dernier mot ?


     

    Ce texte de 1933 est la première pièce pour adultes de Schwartz.  Inspiré de trois contes d’Andersen : La Princesse au Petit Pois, Le Garçon Porcher et Le Roi Nu. Interdite avant même sa création – la tyrannie, l’arbitraire, l’oppression étant toujours pour Schwartz, un moteur dramatique – ce n’est qu’en 1960 que la pièce fut créée pour la première fois, au Théâtre Sovremennik de Moscou où elle remporta un succès gigantesque. 


     

    Avec un humour tonitruant, Schwartz nous montre la lutte désopilante menée par un jeune garçon porcher contre la tyrannie absurde et arbitraire du Roi. Dans le Roi Nu, Schwartz met le ludique à l’honneur : chansons, danses, mais aussi numéros clownesques… la langue de la pièce sera d’autant plus plurielle qu’elle sera portée par la troupe des Baladins du Miroir, qui défend un théâtre forain, festif et inventif. Chant et musique font désormais partie des incontournables connivences développées par les Baladins avec son public. Nous dépasserons l’auteur qui insère déjà des parties chantées dans sa partition dramatique pour créer un spectacle très musical, dans un univers pop-rock.

  • Genre :

    PROFESSIONNEL

  • Lieux / Dates :

    - Du 9 décembre au 18 décembre (à 20:30) - Place Payfa (Watermael-Boitsfort) - infos
    - Du 12 mai au 13 mai - Centre Culturel de Tubize (Tubize) - infos

Critique du Soir

  (Avis de la rédaction)


Gaspar Lecler (successeur de Nele Praxinou aux Baladins du Miroir) a confié ses artistes au metteur en scène Guy Theunissen : une greffe réussie pour cette première pièce (1933) d'Evgueny Schwartz (1896-1958).

Fable fantastique, farcesque… et politique, le Roi nu puise dans trois contes d'Andersen – Le garçon porcher, La princesse au petit pois et Le costume neuf de l'empereur. Mixez le tout : il était une fois une princesse amoureuse d'un porcher (sacrilège !) mais que l'on veut marier à un cousin, le roi d'à côté (bête, vieux et gros, vaniteux et cruel…) qui entretient une cour servile, abrutie, terrorisée. Et il faudra toute la ruse du porcher amoureux et de son ami tisserand pour qu'échoue le mariage, que se révèle la bêtise du roi (sa nudité sous un tissu invisible !) et que le peuple le pousse dehors.

Schwarz y dénonçe les impostures des dictateurs, leur culte de la personnalité, leur cruauté. Sous le sarcasme et le rire, ce sont bien tous les mécanismes de la terreur, de la lâcheté qui sont ici démontés.

Taillant dans le texte en s'appuyant sur la traduction d'André Marcowicz, Guy Theunissen l'a épicé à la belge : le poète de la cour s'exprime avec la saveur d'Arno, la généalogie royale passe par Albert Ier… Deux exemples parmi bien d'autres références à l'actualité !

Mais l'on reste admiratif de l'incroyable dynamique que le créateur de la Maison Ephémère (avec Brigitte Bailleux) a insufflée au plateau, plutôt rock dans une scénographie de Michel Suppes relativement simple et souple de panneaux coulissants, d'ouvertures étagées, avec trône bricolé, drap de lit sur un énorme pois bien vert, etc.  

La quarantaine de personnages de Schwarz reposent sur les épaules des douze Baladins, comédiens chanteurs et musiciens, tous virtuoses de la métamorphose. A peine le temps de déposer qui un accordéon, qui un violon (ils jouent live sur le côté de la scène), et les voilà réapparus en dame de la cour militarisée ou en ministre des tendres sentiments…


La princesse et le ministre des Sentiments.

Si l'on excepte une petite baisse de rythme juste après l'entracte, ce Roi nu fonctionne à merveille et avec rigueur, tout en permettant de saisir tout le suc du texte en sens multiples.

Joséphine De Surmont a la grâce piquante de la princesse et Allan Bertin la présence un peu pataude mais roublarde de son porcher, flanqué du vif argent de Diego Lopez Saez. Le roi a la fausse bonhommie de François Houart, pas totalement nu, quoique… Andreas Christou trottine en vieux chambellan et ces dames Geneviève Knoops, Aurélie Goudaer, Virginie Pierre, Monique Gelders, Stéphanie Coppé multiplient leurs personnages, et c'est succulent !

Musicalement, le plateau est mené de son clavier et de sa flûte par Line Adam, un as de la musique de scène, dans tous les registres. Coup de chapeau aussi aux costumes loufoques et colorés (ah, cette robe de princesse composée uniquement de cravates !) de Françoise Van Thienen, dont les scintillements ont l'art de retenir les lumières de Laurent Kaye.

MICHÈLE FRICHE

Discographie

LES SENTIMENTS ABSTRAITS

Filmographie

Paroles d enfants d ici et d'ailleurs

PAROLES D ENFANTS D ICI ET D'AILLEURS

Génériques et musiques de la série de documentaire de société;

"Par ...

Spectacles

Votre cabaret

VOTRE CABARET

Une invitation particulière pour un moment de partage qui le sera tout autant!

Si vous aimez chanter ...